CalendrierCalendrier  AccueilAccueil  GossipGirl.com  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  FAQFAQ  

Partagez | 
 

 on s'égare.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Camille de Saint Aubin

avatar

× RAGOTS : 52
× INSCRIPTION LE : 20/03/2015
× AVATAR : janis ancens.
× CREDITS : NEPTUNIUM 237.
× PSEUDO : spf.

YOU KNOW YOU LOVE ME
× RÉPERTOIRE:
× DISPONIBILITÉS: si tu montres ta culotte.

MessageSujet: on s'égare.   Jeu 26 Mar - 17:37

dans une passion si publique, j'ai peine à distinguer la sincérité de l'artifice.


Je ne sais même pas quand est-ce que notre couple a commencé à devenir une routine, une épine dans le pied, peut-être même une partie de nous qu’on aimerait amputer. Je repasse en boucle toutes les scènes de nos vies et je n’arrive pas à trouver quand est-ce qu’on a foiré, qu’est-ce qu’on a manqué, ce qu’on aurait dû éviter, ce qu’il aurait fallu taire. C’est la réflexion que je me fais chaque jeudi matin dans ma limo, sous le regard stressé de mon chauffeur qui essaye tant bien que mal de rattraper mon retard causé par ma nuit loin de notre appartement.
Il n'y arrivera pas. (Comme toujours.)
J'aurai une demie heure de retard. (Comme toujours.)
Je devrai faire face au bonjour glaciale de Briséis. (Comme toujours.) et sa réflexion légèrement méchante, légèrement grossière, qui me laissera de marbre. (Parce que je suis de bonne humeur.)
Nos rendez-vous dans ce café de l'Upper East Side est un rituel qui date de nos années de lycée. Un petit rendez-vous qui nous amusé et qui aujourd'hui nous lasse. Mais comme pour tout ce qui nous concerne, on traîne des pieds et on s'y accommode. Parce qu'on a pas d'autres choix.
Je prend même pas la peine de courir jusqu'à sa table. Elle n'est plus à deux minutes près. Je me demande même pourquoi elle ne prend pas l'habitude de venir plus tard, peut-être par peur que j'arrive un jour à l'heure et que ce soit à moi de faire un scandale, (son petit plaisir hebdomadaire).
Puis je la vois, là-bas, à notre table.
Je la vois et je me dis que j'ai de la chance ; qu'elle est jolie, qu'elle est gentille, et que même si elle est un peu conne, elle m'est bien utile.
« Briséis »
Ma salutation est peut-être trop cassante, mais je ne maîtrise pas ma voix quand elle est dans les parages, et mon soudaine élan de sentiment amoureux à son égard s'est envolé à la seconde où j'ai ouvert la bouche.
Je me penche pour pouvoir embrasser ses lèvres. Un geste mécanique que je fais sans attendre de savoir si cette fois j'aurai le droit à une claque, une insulte, ou si elle préférera essuyer l'affront.

code by solosand

_________________
Nous sommes corps à corps nous sommes terre à terre
Nous naissons de partout nous sommes sans limites
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Briséis Bagley

avatar

× RAGOTS : 21
× INSCRIPTION LE : 23/03/2015
× AVATAR : pamerica
× CREDITS : misty mountains
× PSEUDO : minljiva

YOU KNOW YOU LOVE ME
× RÉPERTOIRE:
× DISPONIBILITÉS:

MessageSujet: Re: on s'égare.   Sam 28 Mar - 13:38

on est déjà jeudi ? déjà. le milieu de la semaine, le plus que vendredi et c'est, officiellement, le week-end. mais au fond que l'on soit lundi, samedi, ou n'importe quel jour qui termine en di, ça change rien. y'a que les dimanches de chiants. le reste, c'est comme un beau jour de printemps, c'est doux, c'est fleuri, c'est beau. c'est le bonheur de faire ce que l'on veut, quand on veut, avec qui on veut. et le jeudi, et tous les jeudis, briséis elle a toujours la même envie. le torturer devant une tasse de café.
depuis toujours, et à jamais elle le torturera. toujours avec le sourire, toujours apprêtée. c'est le matin, c'est leur routine dans la routine. ça change des petits-déjeuners à quinze heures du matin, seule dans un lit trop grand. ça change des diners tardifs avec des idiots sans nom. c'est toujours mieux de prendre de la caféine avec quelqu'un que l'on aime détester. ce garçon qu'elle déteste attendre, mais qu'elle adore engueuler pour ça. ce garçon qu'elle déteste voir arriver, mais qu'elle ne peut s'empêcher d'aimer regarder. elle déteste sa manière de parler, l'entendre manger. pourtant elle continue d'avoir des conversations sans importance parce qu'elle adore sa voix, et pourtant elle sort de son lit pour manger avec lui. tout n'est que contradiction.
et là, elle est assise, toujours à la même table. son pied fait de la balançoire perché en haut de son genou. ses doigts tapotent la table en rythme. elle s'impatiente. elle ne fixe pas pour autant la porte d'entrée. elle est même de dos. tous les jeudis elle le reconnait à son parfum. et quand il arrive elle oublie tout. elle hume seulement son parfum et tout à coup, tout va bien.
le parfum arrive. son prénom claque dans l'air. elle ne lève pas la tête pour autant. mais sachant qu'elle aura droit à ce baiser froid et sans aucun sentiment elle approche ses lèvres des siennes. et ça claque. mouah c'est moche. un bisou de grand-mère pour un vieux couple.
elle se rassoit. elle joint ses mains autour de son café. et elle le regarde, enfin.
j't'ai pas attendu, hein.
le café ne fume plus.
le café est à moitié vide.
surement comme son coeur.
qui hurle reste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
on s'égare.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VICTOR, VICTROLA :: MANHATTAN :: North Manhattan :: Upper East Side-
Sauter vers: